Accueil economie A propos des grèves, salaires et bénéfices de TOTAL … mais en voyant plus globalement les choses ! Comment définir les rémunérations d’un métier ?

A propos des grèves, salaires et bénéfices de TOTAL … mais en voyant plus globalement les choses ! Comment définir les rémunérations d’un métier ?

0
0
47

A propos des grèves, salaires et bénéfices de TOTAL … mais en voyant plus globalement les choses ! Comment définir les rémunérations d’un métier ?

L’actualité du moment : la guerre, hyper bénéfices des sociétés pétrolières, débats/négos/grèves chez Total, pénurie de carburant, …

Que demandent la CGT et les salariés de TOTAL ? Pourquoi les grèves ?… pour avoir des augmentations de salaires.

Pour l’instant, que du classique, rien de surprenant !

 

Augmentation de salaires pour compenser l’inflation, mais aussi pour avoir sa part des énormes bénéfices faits par cette société.

 

Bon, parmi vous tous les « gauchistes » ont déjà crié « ben c’est normal, aucune raison que ce soit les seuls actionnaires qui touchent ! »

Et je suis presque d’accord … en allant plus loin : aucune raison que les actionnaires tirent profit de ces bénéfices seulement dus au contexte de guerre et de pénurie d’énergie. Ils n’ont rendu aucun service au collectif, pourquoi auraient-ils un pouvoir d’achat ?

Mais est ce une raison pour donner aux salariés cette part des bénéfices ?

Certains crient « ben oui, c’est eux qui bossent, donc pour eux le fric de la société », et nombreux sont ceux qui applaudissent en trouvant cela équitable et de bon sens.

Pire, la direction est d’accord puisque une prime de 3500 euros est proposée aux salariés.

Et pourtant, je vous propose de répondre « non, pas d’argent des bénéfices pour les salariés, comme pas d’argent pour les actionnaires »

Choquant ?

Pour comprendre, réfléchissons ensemble sur  2  points : origine des bénéfices, et rémunération par métier

1) origine des bénéfices

Comme déjà mentionné, ces bénéfices exceptionnels ne sont pas dus directement aux actions des salariés : en 2022, ceux ci ne travaillent ni mieux ni plus que les années précédentes. Mais ils sont dus au contexte de guerre et de marché de l’énergie. Rien à voir avec le service rendu par les salariés. Alors pourquoi tireraient-ils un avantage du contexte actuel ?

2) rémunération par métier

Prenez 2 métiers (disons par exemple informaticien et assistant commercial pour illustrer). Supposons que 2 informaticiens et 2 assistants fassent exactement le même travail dans les mêmes conditions, un informaticien et un assistant chez Total, un informaticien et un assistant dans une autre société XXX moins florissante dans un secteur plus difficile (et pire chez Camaieu !)

Pourquoi les premiers méritent une prime de 3500 euros (et peut-être une belle augmentation) alors que ni prime ni augmentation en faisant EXACTEMENT le même travail chez XXX. Ni prime ni augmentation, et pire en étant licencié chez Camaieu. Toujours en rendant exactement le même service avec le même dévouement et la même efficacité.

Ainsi tous les systèmes du genre participation, intéressement, primes en fonction du résultat de l’entreprise qui prennent de plus en plus de place (et encore actuellement largement promus par les décideurs en place) me semblent stupides et inéquitables.

En effet, s’il semble équitable et juste de mieux récompenser les salariés les plus « méritants », donc OUI aux primes et aux augmentations, mais avec des critères à préciser par ailleurs (autre débat).

Alors que faire ?

Accepter le principe que la rémunération est la contrepartie d’un service rendu, et que pour un même service rendu … même rémunération quel que soit l’employeur (peu importe son statut, sa taille, ses résultats, etc.)

Une réflexion de 2016 montrait une mise en oeuvre pratique possible de tout cela : un autre monde meilleur à imaginer, et ensuite prendre toutes les décisions pour aller progressivement vers ce monde

http://lecoindubonsens.unblog.fr/2019/03/23/les-syndicats-des-metiers/

En pratique immédiate =  ne plus promouvoir intéressement, participation et prime en fonctions des résultats de l’entreprise (par contre OUI aux primes fonction des résultats du salarié)

Et certains posent peut-être la question : si les bénéfices ne vont plus ni vers les actionnaires, ni vers les salariés, qu’en faire ?

Qu’en faire ? Excellente question !

Et la réponse est « ne pas en faire »

Dit autrement, l’entreprise gère ses recettes et ses dépenses (notamment en payant équitablement ses salariés), gardent une part pour investir et renouveler l’outil de travail mais ajustent ses tarifs pour juste équilibrer, pour « ne pas faire de bénéfices ! ». Sur l’exemple TOTAL, nous payons tous le carburant moins cher. Un monde meilleur ?!

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lecoindubonsens
Charger d'autres écrits dans economie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Covid : confinement prolongé pour les seniors. QUOI QUE … ! un peu de bon sens SVP

Comme moi regardez ces 2 informations sur la mortalité Covid en fonction de l’age ht…