Accueil economie La publicité : grande pollution de notre époque

La publicité : grande pollution de notre époque

0
0
192

La publicité
Comme moi, vous êtes sans doute nombreux à faire de temps en temps une soirée TV. Vous regardez vos émissions préférées … ding dong, c’est la page de pub. Certes, c’est une bonne occasion pour faire un tour aux WC, mais personnellement je me passerai volontiers de ces interruptions momentanées volontaires de mon programme favori.
Vous dites que la pub, c’est rigolo. C’est parfois vrai, et je reconnais avoir souri devant certaines pubs, mais l’avantage est mineur par rapport aux inconvénients. Pour le vérifier, créons un journal fait de pubs, une chaine TV réservées aux pubs. Tout cela payant et financés par ceux qui trouveront un plaisir suffisant en contrepartie du prix payé pour le journal ou l’abonnement à la chaine. Je doute quand même qu’ils soient très nombreux …
Vous réagissez « mais la pub, c’est gratuit, quelle drôle d’idée de vouloir la faire payer ». Grave erreur, la pub n’est pas gratuite. Juste 2 exemples pour le prouver : 357 000 euros le spot de 30 secondes de pub pour une finale de coupe du monde de football avec la France en finale, combien paieriez-vous en moins votre paquet de lessive si en l’achetant vous ne financiez pas la pub associée ?
Liberté pour vous de payer pour voir de la pub. Mais pour ma part, je ne suis pas masochiste pour payer quelque chose qui non seulement n’est en rien un service pour moi, mais en plus est une agression.
Agression pour ma soirée TV, mais aussi
 Bien sûr également à la radio,
 Dans les journaux : pourquoi sacrifier une partie de nos forêts pour gaspiller du papier, pourquoi polluer avant tant d’encre, pour imprimer autant de pages de pub (souvent plus de la moitié de la surface imprimée dans un magazine)
 Idem pour la pub dans votre boite aux lettres, qui va souvent directement dans la poubelle.
 Et sur les routes, je préférerai voir la verdure et la forêt que les immenses panneaux publicitaires qui les cachent, et gâchent le paysage.
Dans le monde nouveau, je propose donc une chose simple « pas de pub ».
Pensez à toute l’énergie économisée : du concepteur des pubs à celui qui met un prospectus dans votre boite, de l’équipe qui réalise la pub aux petites voix des radios qui vous les rabâchent à longueur de journée, des imprimeurs à ceux qui collent les affiches, …
« Oui, mais cela va faire des chômeurs en plus ! » : si vous poursuivez votre lecture jusqu’à la fin du livre, vous comprendrez que ce n’est pas une bonne remarque. Avec cette mesure « pas de pub », économie d’énergie (donc énergie disponible pour produire des choses plus utiles, ou simplement pour moins travailler) tout en améliorant son quotidien en réduisant les pollutions et agressions, n’est-ce pas le principe parfait, double effet Kisscool, être mieux et se fatiguer moins, ticket doublement gagnant !
17
Nous avons simplement appliqué le principe « Simplifions les choses, chassons l’inutile, revenons à l’essentiel permettant le bonheur. »
Mais je vous entends « la pub est nécessaire, elle fait vendre donc permet des économies d’échelle, et cela est bon pour l’entreprise qui produit ». Oui, c’est malheureusement souvent vrai, et l’on pourrait s’arrêter là.
Mais ce serait une grosse erreur d’analyse, un nouvel exemple ou l’impression du positif sur un point peut faire conclure à tort que le global est positif.
Poursuivons donc l’analyse
 Supposons qu’une entreprise de lessive nous pollue et nous fasse payer sa campagne de pub. Achèterez-vous plus de lessive ? Momentanément peut-être, et en particulier de cette marque. Mais si nous prenons un peu de recul, sur l’ensemble de la France et sur une période plus longue dépassant largement le temps de la campagne de pub, achèterez-vous globalement plus de lessive sur l’année ? sans doute non, car votre quantité de linge à laver reste la même quelles que soient les pubs sur les lessives.
 Mais cette entreprise a peut-être augmenté sa part de marché, donc au détriment des autres, qui à leur tour, se sentent obligées de nous polluer et faire payer leur propre campagne de pub. C’est une spirale négative nuisible.
 Si l’augmentation des ventes conduit effectivement à des économies d’échelle pour la production, il y a sans doute une bien meilleure solution : réduisons le nombre d’entreprises produisant des produits similaires. Et parfois, pourquoi ne pas aller même jusqu’à en avoir une seule (cf. chapitre sur la téléphonie mobile) : même plus besoin de pub pour accroitre sa part de marché !
 La logique industrielle admise actuellement pour nos entreprises est « je produits et j’essaie de vendre le maximum, quitte à faire de la pub pour cela, ce qui est cher et polluant comme nous l’avons vu ». Cela peut même nous conduire à acquérir des choses dont nous n’avions ressenti aucun besoin, des biens et des services qui n’apparaissaient pas dans la définition de notre bonheur. Tout ceci est-il du bon sens ?
En conclusion, nous avons créé une activité, la pub, qui consomme notre énergie, sans réel service en contrepartie, pire avec des nuisances pour certains (dont je fais partie. Et pour vous ?)

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lecoindubonsens
Charger d'autres écrits dans economie

Laisser un commentaire

Consulter aussi

indexation des retraites pour tous, et toujours … : simple respect de la loi !

Exigeons du gouvernement qu’il respecte la loi pour TOUS les retraités, et immédiate…