Accueil Non classé tous consommateurs de biens et services, l’équité voudrait que chacun produise des biens et services à hauteur de sa consommation

tous consommateurs de biens et services, l’équité voudrait que chacun produise des biens et services à hauteur de sa consommation

0
0
77

Puisque nous sommes tous consommateurs de biens et services, l’équité voudrait que chacun produise des biens et services à hauteur de sa consommation
C’est logique mais bien sûr totalement théorique et inapplicable.
Tout d’abord, évitons le risque d’une mauvaise interprétation. Ce principe ne signifie pas que chacun doit produire ce qu’il consomme : chacun faisant son pain, son jardin, sa TV et son téléphone  STUPIDE !
Mais il signifie qu’il serait équitable de penser que celui qui veut consommer beaucoup doit produire plus que les autres, produire des biens et des services en quantité équivalente à sa consommation. Bien sûr pas de même nature, le personnel de Samsung produira par exemple des téléphones et consommera peut-être des voyages (sans citer naturellement à chaque fois les consommations de base : nourriture, habits, logement, …), le boulanger produira du pain et consommera peut-être télévision et spectacles artistiques.
Même avec ces précisions, le principe est inapplicable « à la lettre », il est logique de définir des exceptions.
Allons-nous demander au bébé de produire sa part de biens et services ?
Allons-nous demander au senior, après de multiples années de production, de produire encore sa part de biens et services jusqu’à sa mort ?
Allons-nous demander à quelqu’un de gravement handicapé de produire sa part de biens et services ?
Je propose naturellement de répondre NON à ces questions.
Et ainsi nous créerons les systèmes suivants concernant « les exemptés de la production » :
 Les jeunes : gérés en général par leurs parents, ces derniers subviennent à leurs besoins en biens et services. La création de futures générations est nécessaire à la communauté : imaginez qu’il n’y ait plus aucune naissance à partir d’aujourd’hui et imaginez votre vie dans une trentaine d’années et les années suivantes. Qui produira les biens et services dont vous aurez alors besoin ? Pour les plus âgés d’entre nous, imaginez « plus aucune naissance depuis 60 ans », qui produirait aujourd’hui ce qui est nécessaire à vos besoins ? Faisant oeuvre utile en « créant les prochaines générations », les parents sont donc récompensés par la communauté au travers de diverses aides (à détailler dans un autre chapitre), mais globalement par attribution d’un pouvoir d’achat de biens et services, bref des allocations familiales …
 Les seniors. Dans le principe, c’est clair, même si certains souhaitent le faire, pour la plupart d’entre nous il est difficile d’envisager de travailler durement au-delà d’un certain âge, et ce jusqu’à notre mort. Nous confirmons donc, dans le nouveau monde, la présence d’un système de retraite, c’est-à-dire une période de vie durant laquelle les seniors pourront bénéficier de biens et services sans participer à la production de ces derniers. Dans un autre chapitre, nous détaillerons les modalités pratiques d’un système de retraite.
41
 Les handicapés. Même si parfois certains dans l’histoire, ont parfois imaginé un monde extrême de sélection naturelle, marche ou crève, et l’élimination du hors norme, je fais partie de ceux qui proposent d’aider ceux qui sont victimes de handicap majeur. La communauté créera donc un système d’aide pour les personnes concernées (cf. chapitre handicap)
Nous voyons donc qu’avec ces 3 catégories de « dispensés de production », le principe « l’équité voudrait que chacun produise des biens et services à hauteur de sa consommation » devient « chacun doit produire des biens et services au-delà de sa consommation » puisque les dispensés restent des consommateurs, et qu’il faut bien produire pour eux.
Est-ce que cela veut dire qu’à l’exception des dispensés cités, tout le monde doit produire ?
Non, car n’oublions pas le principe « pour chaque être humain, liberté de pensée et d’action ».
Si l’humain est seul, il n’aura pas le choix, même s’il choisit une vie très rustique, avec une consommation très réduite des choses du monde, il devra au minimum se nourrir, donc produire. Sauf à imaginer des situations extrêmes de se nourrir simplement de baies poussant naturellement sans effort d’un autre humain, l’équité veut qu’il produise quelque chose en contrepartie, bref qu’il travaille un peu, mais si cette contribution peut s’envisager comme faible s’il a peu de besoin. C’est un choix, c’est sa liberté.
Mais si l’humain forme un groupe … je vous laisse imaginer toutes les formes de groupe possibles. Je prendrai simplement l’exemple d’un groupe de 2 personnes que nous appellerons un couple. Si au sein de ce groupe, il y a accord et possibilité matérielle pour que le travail de l’un (et la contrepartie qu’il reçoit en échange de sa production de biens et services) soit suffisante pour répondre aux besoins de l’ensemble du groupe, ici du couple, pourquoi pas !
Nous aurons donc une nouvelle exception à la règle « chacun doit produire … », mais dans ce cas, la communauté ne fournira rien à cet inactif improductif, car c’est son choix, sa liberté. La gestion de l’équilibre entre consommation et production se fait au niveau du groupe, du couple. La répartition interne est de son choix, de sa responsabilité, c’est sa liberté. Dans les catégories d’humains, qui consomment en étant dispensés, vous vous attendiez peut-être à voir la catégorie « chômeurs » … Raté, elle n’y est pas, et vous allez bientôt comprendre pourquoi. Mais disons tout de suite que pour cette catégorie, la solution n’est de donner un pouvoir d’achat sans contrepartie en production. Le chômeur ne fait pas partie des exemptés. La solution est plus simple, objectif chômage zéro, on ne garantit pas une indemnité au chômeur, on lui garantit du travail rémunéré.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lecoindubonsens
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

suite 5/5 Pas de problème d’argent pour refaire un monde meilleur

IL NOUS RESTE A FINANCER CE QUI SEMBLE GRATUIT.   Nous avons vu que l’apparent gratui…