Accueil Non classé Et les politiques, les syndicats ? que deviennent-ils ?

Et les politiques, les syndicats ? que deviennent-ils ?

0
0
66

Et les politiques, les syndicats ?
Depuis le début, nous avons proposé diverses solutions, diverses organisations, mais sans jamais aborder l’aspect politique et son organisation. Nous n’avons pas posé les questions, et encore moins apporté de réponses sur des sujets comme
 Faut-il toujours 2 chambres, députés et sénateurs ? faut-il plus ou moins de parlementaires ?
 Quel financement pour les partis politiques, les syndicats
 Cumul des mandats ou pas ?
 Etc.
Bref, n’y-a-t-il plus de politiciens dans notre monde nouveau ? Compte tenu de leurs mauvaise image actuelle, vous êtes déjà nombreux à vous en réjouir.
Désolé de vous décevoir si vous venez de crier « génial, une bonne chose ! », car ce n’est pas tout à fait cela.
En effet, depuis le début, nous avons vu le fonctionnement d’une structure nommée bizarrement « association de consommateur newlook », par exemple pour gérer les biens et services « enseignement » « communications » ou « transport ».
Renommons ces structures en ministère de l’enseignement, ministère des communication ou ministère des transports …
N’avions-nous pas souhaité que ces associations de consommateurs newlook aient des pouvoirs suffisants pour piloter et assurer la production de biens et services dans les meilleures conditions. C’est fait, elles ont le pouvoir.
Rappelons que les animateurs de ces structures sont élus, sur la base du programme qu’ils ont présenté. Et leur mission est de gérer les choses communautaires dans le meilleur intérêt général. N’est-ce pas la définition d’un homme politique ?
Vous noterez au passage qu’il s’agit d’élections par catégorie d’activité. Vous avez donc par exemple la possibilité d’élire une équipe libérale « de droite » pour les transports, et une équipe centralisatrice « de gauche » pour l’enseignement, ou … le contraire, et toute combinaisons souhaitées. Ce qui est beaucoup plus souple que le système actuel dans lequel nous élisons une équipe « mono tendance » quel que soit le domaine.
Certes, il faudrait quand même une structure pour gérer les précédentes, par exemple définir une nouvelle catégorie de biens et services (un nouveau ministère !), ou en supprimer une si le besoin n’est plus évident (inutile de maintenir une équipe pour gérer les mines et la production de charbon), pour gérer les éventuelles divergences entre diverses équipes. La démocratie directe (vue dans le chapitre démocratie technologique) devrait déjà aider dans ce sens, on peut raisonnablement penser que les français exprimeraient une tendance à la baisse (jusqu’à zéro) concernant les deniers publics à consacrer à la production du charbon en France. Mais cela ne nous dispense sans doute pas d’une petite structure de pilotage global. Ses fonctions pourraient reprendre un peu les actuelles fonctions de présidence de la République, cour des comptes et conseil constitutionnel. Comme ailleurs, ses membres animateurs devraient être élus sur la base d’un programme.
64
Quant aux syndicats, la forme actuelle a disparu, mais pour défendre les intérêts des travailleurs (car le besoin subsiste), nous avons 2 nouvelles formes :
 Le syndicat (unique) par métier. Il facilite une cohérence des modes de fonctionnement du métier quelle que soit l’entreprise.
 Le syndicat (unique) par entreprise. Il traite des sujets locaux propres à l’entreprise.
Elections : Toutes les élections sont sur la base de candidatures individuelles, ou à la proportionnelle intégrale en cas de liste de candidats. Au sein d’une structure, les décisions sont prises à la majorité sur chaque point.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lecoindubonsens
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Pour la paix, organisons la « guerre des chefs »

Fin octobre 2016 : la guerre à Mossoul, victimes civiles et militaires Pour terminer par u…